Le pollen de fleurs

Un trésor de la nature...



Conseils d'utilisation

Prendre 1 à 3 cuillères à café par jour dans la limite de 3 semaines consécutives. Possibilité de renouveler la prise après une courte pause.
Possibilité de le mélanger avec un yaourt, du miel, du jus de fruit ou de l'eau.
Les produits naturels ne sont pas anodins, consultez votre médecin/pharmacien avant toute prise.

Qu'est ce que le pollen?

Le pollen est la semence mâle produite par les étamines des fleurs. Il est constitué d’une multitude d’éléments microscopiques, les grains de pollen, qui mesurent chacun 0,02 mm à 0,04 mm. Quand les abeilles viennent butiner le nectar des fleurs, elles attrapent sur leurs pattes le pollen des fleurs qu’elles transportent en petites boules appelées pelotes. Ces pelotes sont ensuite mélangées par l’abeille avec des levures et des ferments lactiques issus du nectar des plantes.

Composition

Selon l’origine florale, la composition du pollen peut varier. Il comporte :

· 30 % à 55 % de glucides (essentiellement glucose et fructose) ;

· 25 % à 30 % de protéines (la teneur varie en fonction des conditions climatiques, des caractéristiques du sol où poussent les plantes et de la saison) ;

· Des acides aminés : arginine, histidine, leucine, isoleucine, lysine, méthionine, phénylalanine, thréonine, tryptophane, valine ;

· 1 % à 20 % de lipides dont une partie d'acides gras essentiels ;

· 18 % d’eau ;

· 18 % de cellulose ;

· 5 % de minéraux : calcium, chlore, cuivre, fer, magnésium, manganèse, phosphore, potassium, silicium, soufre, sélénium ;

· Des vitamines du groupe B en grande quantité ;

· Des vitamines A, C, D, E en quantité plus faible ;

· 5 à 8 ferments lactiques ;

· 3 levures ;

· Des substances immunostimulantes ;

· Des enzymes, des coenzymes, des stérols, des substances bactériostatiques et de croissance, des pigments, des arômes et des huiles volatiles.

Les bienfaits du pollen

Protéger les intestins

Le pollen frais serait efficace pour protéger les intestins des maladies inflammatoires. L’Institut national de recherche agronomique (Inra) de Toulouse a comparé les effets du pollen frais et du pollen séché sur une inflammation des intestins de type maladie de Crohn. Des rats ont reçu soit du pollen de ciste frais congelé, soit du pollen de ciste séché conservé au réfrigérateur, soit un placebo. Chez les rats supplémentés en pollen frais, les chercheurs ont constaté 30 % de lésions en moins par rapport aux rats qui ont reçu un placebo.

 

Réduire l’hypertrophie bénigne de la prostate

Les hommes atteints d'hypertrophie bénigne de la prostate (HBP) pourraient bénéficier des vertus du pollen. Une synthèse des essais cliniques menés avec un extrait de pollen de fleur de seigle a été publiée en 2001. Les auteurs ont analysé deux études portant en tout sur 444 participants qui souffraient HBP. Ils ont conclu que le pollen réduit la nycturie (émission d'urine plus importante la nuit que le jour, à l'inverse du rythme normal) mais qu’il n’a pas d’effet positif sur les autres symptômes de l’hypertrophie bénigne de la prostate.

Quatre essais cliniques ont été effectués depuis, en Russie et en Chine. Selon une de ces études, le dosage optimal du pollen de seigle pour réduire les symptômes de l’hypertrophie bénigne de la prostate et en ralentir la progression est de 750 mg par jour à long terme.

 

Soulager la prostatite

Une étude publiée en 2006 dans le journal Urology suggère que le pollen pourrait également aider les hommes atteints de prostatite, une inflammation de la prostate. Les chercheurs ont suivi 60 patients âgés de 20 à 55 ans souffrant de prostatite non bactérienne qui ont reçu soit du pollen, soit un placebo. Au terme de 6 mois de suivi, les hommes qui avaient reçu le pollen ont montré une amélioration des symptômes de la prostatite.

 

Protéger vos yeux

Le pollen de saule pourrait s’avérer efficace en prévention de la dégénérescence maculaire de la rétine liée à l’âge (DMLA), une maladie qui touche les personnes âgées et affecte la vision centrale. Cette maladie invalidante se caractérise par la formation d’amas de cellules mortes appelés druses qui gênent la vision par les cellules encore vivantes. Des volontaires atteints de DMLA ont pris du pollen de saule qui aurait entraîné la disparition des druses chez certains patients au bout de 1 à 2 ans. Ces bénéfices seraient dus aux pigments xantophylles contenus en grande quantité dans le pollen de saule.


Références: lanutrition.fr

Découvrez aussi le miel, la gelée royale et la propolis.

Boutique en ligne: le pollen.