La propolis

Il n'y a pas que le miel dans la ruche ! On y trouve aussi la propolis, qui contient près de 300 composés pour combattre, entre autres, bactéries et virus. Zoom sur les bienfaits santé de la propolis.

Conseils d'utilisation

Traditionnellement, les cliniciens recommandent de prendre 1 g de propolis pure, de 1 à 3 fois par jour pendant 3 semaines.


Qu'est-ce que la Propolis?

La propolis est un enduit dont les abeilles se servent pour recouvrir toutes les surfaces intérieures de la ruche afin d'en assurer l’étanchéité, la solidité et l’asepsie. Elles la fabriquent à partir de diverses résines qu’elles recueillent sur les bourgeons et l’écorce des arbres (surtout sur les peupliers et les conifères), et auxquelles elles ajoutent de la cire et des sécrétions salivaires.

La propolis joue un rôle hygiénique en créant une couche protectrice contre les invasions microbiennes ou fongiques. L’ouverture, nommée le « trou d’envol », qui se trouve à l’entrée de la ruche, est constamment ajustée et remodelée à l’aide de propolis afin d’adapter ses dimensions et son orientation en fonction des conditions climatiques. Ce passage constitue par la même occasion une sorte de chambre de stérilisation à l’entrée de la ruche, d’où le nom propolis qui signifie, en grec ancien, « devant » (pro) la « cité » (polis).

Dure et friable à 15 °C, la propolis devient molle et malléable aux alentours de 30 °C, puis collante ou gluante à des températures plus élevées. Sa couleur peut varier du jaune clair au brun très foncé, presque noire, en passant par toute une gamme de bruns suivant les types de résines recueillies par les ouvrières. Elle possède une saveur âcre, voire amère, et dégage une odeur douceâtre liée aux résines aromatiques qu’elle renferme.

On attribue généralement les propriétés thérapeutiques (antiseptiques, antibactériennes et antioxydantes) de la propolis à sa teneur en flavonoïdes (pinocembrine, galangine et pinobanksine notamment).

Historique de la propolis

La propolis était connue des Grecs anciens puisque Aristote la présentait, dans son Histoire des animaux, comme un « remède aux affections de la peau, plaies et suppurations ».
Elle connut un regain de popularité au XIXe siècle lorsque les médecins de l’armée anglaise l’employèrent pour désinfecter les blessures et faciliter leur cicatrisation durant la Guerre des Boers en Afrique du Sud.

En raison des résines végétales qu’elle renferme, la propolis est depuis longtemps considérée dans l'herboristerie traditionnelle comme un remède utile pour combattre les infections de toutes sortes, tant par voie interne que par voie externe.

Signalons par ailleurs que la propolis entrait dans la composition du vernis utilisé par le célèbre luthier Stradivarius.

Des recherches existent-elles?

Les essais cliniques in vitro et sur animaux visant à démontrer l’efficacité de la propolis, ses vertus antimicrobiennes, antivirales, anti-inflammatoires et antioxydantes sont bien documentées.

 

Gingivite, plaies et infections de la muqueuse buccale. Des essais in vitro indiquent que la propolis est efficace contre divers pathogènes susceptibles d’infecter la cavité buccale (bactéries et champignons). Quelques essais cliniques indiquent que la propolis, en usage topique, favorise le processus de guérison des plaies et des infections de la muqueuse buccale (gingivite, parodontite, abcès, blessures, champignons) et peut réduire la récidive d’aphtes chez les personnes qui en souffrent de façon récurrente (usage interne).


Prévention des caries.
Les vertus antiseptiques de la propolis étant bien documentées, on trouve, surtout en Europe, des dentifrices et des rince-bouche qui en renferment à titre d’agent anticarie. Plusieurs essais sur des animaux ont donné des résultats prometteurs, mais les quelques essais sur des humains ont donné des résultats mitigés probablement attribuables à la composition variable des propolis utilisées au cours des essais.

Par ailleurs, au cours d’une étude préliminaire sans placebo menée en Arabie Saoudite,on a observé que la propolis pouvait réduire l’hypersensibilité dentaire. Un essai sur des dents humaines indique que c’est en agissant à titre de scellant, que la propolis pourrait avoir cet effet, c’est-à-dire en comblant les petits canaux (tubules) qui se trouvent sous l’émail.

Infections des voies respiratoires. Selon un essai mené auprès de 50 sujets, la propolis a réduit la durée des symptômes du rhume plus rapidement qu’un placebo. La propolis, sous forme de pulvérisation nasale, a diminué le nombre de rhinopharyngites chez les enfants traités par rapport à un groupe témoin n’ayant reçu aucun traitement (94 sujets).

Un essai de bonne qualité méthodologique a été mené auprès de 328 enfants d’âge préscolaire : par rapport à un placebo, une préparation à base d’échinacée, de propolis et de vitamine C a réduit le nombre et la gravité des infections des voies respiratoires. L’échinacée et la vitamine C pouvant avoir aussi des effets sur les symptômes de ces infections on comprends que l'alliance de ces 3 substances puisse être efficace.

Verrues. Un essai a été mené en Égypte sur 135 personnes ayant des verrues. Elles ont pris durant 3 mois de la propolis (500 mg par jour), de l’échinacée (Echinacea purpurea, 600 mg par jour) ou un placebo (voie orale). Dans le cas des verrues vulgaires et planes, la propolis a été nettement plus efficace que le placebo et l’échinacée pour guérir les participants. Dans le cas des verrues plantaires (sous le pied), aucun des 3 traitements n’a été efficace.

 

Otite. Au cours d’un essai de faible qualité méthodologique, un traitement à base de propolis et de zinc a été plus efficace qu’un placebo pour réduire les otites récurrentes chez des enfants.

Asthme. Par rapport à un placebo, la propolis a atténué sensiblement le nombre et la gravité des crises nocturnes d’asthme, a amélioré les fonctions respiratoires et diminué les mécanismes de l&rsquoinflammation (46 sujets).

Cancer. Selon l’auteur d’une synthèse, la propolis pourrait être un traitement adjuvant intéressant du cancer, notamment vu ses propriétés antitumeur documentées par des essais in vitro et sur des animaux.

Usages traditionnels. Quelques essais cliniques ont confirmé plusieurs des usages traditionnels de la propolis, par exemple pour le traitement de brûlures (aussi efficace qu’une crème médicamentée), de lésions oculaires post-herpétiques et de la giardase (aussi efficace qu’un médicament). La giardase est une infection intestinale attribuable au parasite Giarda intestinalis.

Des données in vitro indiquent que la propolis possède une action antifongique comparable à celle de l’itraconazole, un antifongique de synthèse classique, et qu’elle peut augmenter l’action bactéricide de la clarithromycine pour lutter contre Helicobacter pylori, la bactérie qui cause les ulcères gastriques. Il semble qu’elle puisse également améliorer l’efficacité de certains antibiotiques couramment employés contre la salmonelle.

Précautions

Les produits naturels ne sont pas anodins, consultez votre médecin/pharmacien avant toute prise.

Déconseillé aux personnes allergiques aux produits de la ruche.
Ne pas dépasser 3 semaines consécutives de prise.